24.08.2011

A la recherche des chauves-souris du Canton d’Axat…

Petits Rhinolophes FSchwaab.jpg

Les chauves-souris ont été particulièrement redoutées et mal-aimées par ignorance. Autrefois, les gens les clouaient vivantes sur les portes pour repousser les mauvais esprits. Aujourd’hui, beaucoup croient encore qu’elles s’accrochent aux cheveux. Cette idée reçue vient en fait d’une légende inventée afin d’effrayer les jeunes filles et les décourager de sortir seules le soir.

 

Ce mammifère nocturne est donc mal connu. Pourtant, certaines espèces (34 espèces en France métropolitaine) peuvent vivre sous le pont que l’on traverse chaque jour, dans le clocher de l’église du village, dans le vieil arbre creux du jardin et même dans notre cave ou notre grenier… Le plus souvent, les chauves-souris installées dans les maisons sont discrètes et les propriétaires ignorent la présence de ces petits squatters.

 

Pas d’inquiétude, elles ne grignotent pas la laine de verre et autres isolants ! Véritables insecticides naturels, elles consomment des milliers de moustiques et sont un auxiliaire pour le jardinier. Pour vous donner une petite idée : une chauve-souris mange entre le quart et le tiers de son poids par jour, sauf en hibernation. C’est comme si un adulte de 70 kg mangeait 20 kg de nourriture tous les jours !

 

Cependant, cet allié indispensable est bien fragile. Certaines chauves-souris disparaissent même sans que l’on sache pourquoi. Pour d’autres en revanche, les menaces qui pèsent sur leur avenir sont bien identifiées :

 

-         les produits chimiques : les pesticides déversés sur les cultures empoisonnent les insectes et leurs prédateurs. Les chauves-souris peuvent aussi s’intoxiquer lorsqu’elles se frottent aux charpentes traitées avec des produits toxiques.

 

-         les dérangements : en hiver, sans proies à se mettre sous la dent, elles doivent absolument économiser leur énergie. Tout dérangement pendant l’hibernation est très coûteux en énergie et compromet leur survie. Pendant l’élevage des petits, les mères affolées peuvent avorter, abandonner leurs jeunes et même leur gîte.

Attention si vous rencontrez des chauves-souris restez discret !

 

-         la disparition des habitats : suppression des arbres morts, assèchement des zones humides, colmatage des ouvertures des églises, obturation des combles…

 

Afin de mieux connaître et protéger les chauves-souris du canton d’Axat, du Pays de Sault et du Donezan, la réserve naturelle de la grotte du TM 71 recense les gîtes. Si vous avez des chauves-souris chez vous, vous pouvez les aider en participant à ce recensement !

 

A noter, à l’occasion de la Nuit Européenne de la chauve-souris, le 26 août à Fontanès-de-Sault :

De 14h30 à 17h30 : Ateliers destinés aux enfants et adolescents

De 18h30 à 20h : Conférence

A 21h30 : Cinéma sous les étoiles « La vallée oubliée des hommes » (en partenariat avec la Communauté de Commune du Pays de Sault).

11:27 Publié dans Manifestations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.